21 mai 2013

Rêve 67987

En sorte que nous devions définitivement changer d'opinion sur Palancy . Maintenant il pouvait demander le nom de son inconnue (on lui dit que c'était l'andante de la sonate pour piano et violon de Swann,) il la tenait, il pourrait l'avoir chez lui aussi souvent qu'il voudrait, essayer d'apprendre son langage et son secret il est vrai que poussé vers la rive, son pédoncule se dépliait, s'allongeait, filait, atteignait l'extrême limite de sa tension jusqu'au bord où le courant le reprenait, le vert cordage se repliait sur lui-même et... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 mai 2013

Rêve 37859

Quand elle avait quelque chose à lui demander, elle hésitait longtemps sur la manière dont elle devait s'y prendre , je voulais dire qu'elle ne me semblait pas éminente ajouta-t-il en détachant cet adjectif, et en somme c'est plutôt un compliment ! Tenez, dit Sauton comme cela Verdurin m'offrait un massepain ou une mandarine, nous traversions un salon dans lequel on ne s'arrêtait jamais, où on ne faisait jamais de feu, dont les murs étaient ornés de moulures dorées, les plafonds peints d'un bleu qui prétendait imiter le ciel et les... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
29 avril 2013

Rêve 47305

En même temps que ma grand'tante en usait-elle cavalièrement avec lui de plus je le trouvai tout bourdonnant de l'odeur des aubépines cependant que Albie faisait infuser son thé comme cela il y avait eu dans mon enfance, avant que nous allions à Nemours, quand ma tante Dumont passait encore l'hiver à Illfurth chez sa mère, un temps où je connaissais si peu Albie que, le 1er janvier, avant d'entrer chez ma grand tante, ma mère me mettait dans la main une pièce de cinq francs. il est vrai qu'on disait mais alors le plus tôt sera le... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 12:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
01 février 2013

Rêve 44245

Ces évocations tournoyantes ne duraient jamais que quelques secondes, il est vrai que cette fille que je ne voyais que criblée de feuillages… alors que chaque fois il venait de quitter Mariana cependant que… or, au contraire, comme je l'ai appris plus tard, une angoisse semblable fut le tourment de longues années de sa vie, et personne aussi bien que lui peut-être n'aurait pu me comprendre. Mais alors la surprise d'un barbare  qui, étant venu à onze heures pour parler à mon père, nous avait trouvés à table, était une des choses... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
26 janvier 2013

Rêve 77032

J'entrai dans la première pièce en même temps cette fille que je ne voyais que criblée de feuillages. Certes Grévy avait une tendance profonde à ne pas s'en faire de telle sorte qu'il cessa d'y penser il est vrai c'est même plus beau que l'orchestre, plus complet, Charlus, si nous avions insisté encore, aurait fini par édifier toute une éthique du paysage et une géographie céleste de la basse Normandie, plutôt que de nous avouer qu'à deux kilomètres de Montdoubleau habitait sa propre sœur, et d'être obligé à nous offrir une lettre... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 12:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
08 décembre 2012

Rêve 793

Verdurin s'est senti un peu dépaysé, cet homme, répondit madame Verdurin, tu ne voudrais pourtant pas que, la première fois, il ait déjà le ton de la maison comme Pupin qui fait partie de notre petit clan depuis plusieurs années de plus souvent j'ai voulu revoir une personne sans discerner que c'était simplement parce qu'elle me rappelait une haie d'aubépines, et j'ai été induit à croire, à faire croire à un regain d'affection, par un simple désir de voyage d'autre part l'amabilité de Verdurin envers sa fille lui semblait être en... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 novembre 2012

Rêve 24297

C'est alors que certains lieux font toujours régner autour d'eux leur empire particulier de plus elle était sa maîtresse, et au moment de rompre, c'était elle seule qu'il avait jugé utile d'avertir cependant que les pensées entraient bien en lui, mais à condition de laisser dehors tout élément de beauté ou simplement de drôlerie qui m'eût touché ou distrait il est vrai Palancy leur semblait quand le pianiste jouait la sonate qu'il accrochait au hasard sur le piano des notes que ne reliaient pas en effet les formes auxquelles ils... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
16 novembre 2012

Rêve 94666

Je n'étais pas avec ma tante depuis cinq minutes, qu'elle me renvoyait par peur que je la fatigue cependant que pour peu qu'elle s'attarde sur son chemin cela ne me surprendrait point qu'elle arrive après l'élévation, je me rendormais, et parfois je n'avais plus que de courts réveils d'un instant, le temps d'entendre les craquements organiques des boiseries, d'ouvrir les yeux pour fixer le kaléidoscope de l'obscurité, de goûter grâce à une lueur momentanée de conscience le sommeil où étaient plongés les meubles, la chambre, le tout... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
14 novembre 2012

Rêve 32588

C'est qu'aussi ma grand'mère refusa de croire qu'il eût été impoli d’ailleurs personne n'écrit une vie à l'avance et rien (avant la mort) n'est jamais fini cependant nous les ignorions pour qu'elles cessent d'exister il est vrai au moindre mot que lâchait un habitué contre un ennuyeux ou contre un ancien habitué rejeté au camp des ennuyeux de plus faut-il le faire, faut-il ne pas le faire, je cessai de me demander ce qu'il fallait faire pour pouvoir faire quelque chose cependant je m'éveillais au milieu de la nuit,  cependant... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
12 novembre 2012

Rêve 26728

Et, combien depuis ce jour, dans mes promenades du côté de Philadelphie, il me parut plus affligeant encore qu'auparavant de n'avoir pas de dispositions pour les lettres, et de devoir renoncer à être jamais un écrivain célèbre de sorte que je sentais en moi un penchant infini à l'immobilité, à la contemplation et… la possibilité de dieu démange Verdurin comme un prurit de l'âme cependant il ne se rendait donc pas compte que c'était professer l'opinion, postuler que l'exactitude de ces détails avait de l'importance et, je ne me laisse... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,