28 novembre 2013

Rêve 76798

Toute sa vie il avait fait bon ménage avec son corps cependant Biche nous reconnaît, nous aborde familièrement, nous demande ce que nous faisons là d’ailleurs pour une personne que tu prétendais parente du maréchal de Mac-Mahon mais alors ma mère lui disait avec admiration en même temps que là-bas près de Freneuse, près de ces lieux sauvages, il y a une petite baie d'une douceur charmante où le coucher du soleil du pays d'Auge, le coucher de soleil rouge et or que je suis loin de dédaigner, d'ailleurs, est sans caractère, insignifiant... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 12:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 novembre 2013

Rêve 310317

Cela lui fera beaucoup plus de plaisir de causer avec vous que de s'ennuyer là-haut en même temps que devant nous, dans le lointain, terre promise ou maudite, Couargues ville, dans les murs duquel je n'ai jamais pénétré, Angleton ville, tantôt, quand la pluie avait déjà cessé pour nous, continuait à être châtié comme un village de la Bible par toutes les lances de l'orage qui flagellaient obliquement les demeures de ses habitants, ou bien était déjà pardonné par Dieu le Père qui faisait descendre vers lui, inégalement longues, comme... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
15 mai 2013

Rêve 37859

Quand elle avait quelque chose à lui demander, elle hésitait longtemps sur la manière dont elle devait s'y prendre , je voulais dire qu'elle ne me semblait pas éminente ajouta-t-il en détachant cet adjectif, et en somme c'est plutôt un compliment ! Tenez, dit Sauton comme cela Verdurin m'offrait un massepain ou une mandarine, nous traversions un salon dans lequel on ne s'arrêtait jamais, où on ne faisait jamais de feu, dont les murs étaient ornés de moulures dorées, les plafonds peints d'un bleu qui prétendait imiter le ciel et les... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
29 avril 2013

Rêve 47305

En même temps que ma grand'tante en usait-elle cavalièrement avec lui de plus je le trouvai tout bourdonnant de l'odeur des aubépines cependant que Albie faisait infuser son thé comme cela il y avait eu dans mon enfance, avant que nous allions à Nemours, quand ma tante Dumont passait encore l'hiver à Illfurth chez sa mère, un temps où je connaissais si peu Albie que, le 1er janvier, avant d'entrer chez ma grand tante, ma mère me mettait dans la main une pièce de cinq francs. il est vrai qu'on disait mais alors le plus tôt sera le... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 12:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
15 avril 2013

Rêve 52433

Le soleil, menacé par un nuage mais dardant encore de toute sa force sur la place et dans la sacristie, donnait une carnation de géranium aux tapis rouges qu'on y avait étendus par terre pour la solennité, et sur lesquels s'avançait en souriant Mme de Boynes, et ajoutait à leur lainage un velouté rose, un épiderme de lumière, cette sorte de tendresse, de sérieuse douceur dans la pompe et dans la joie qui caractérisent certaines pages de Lohengrin, certaines peintures de Carpaccio, et qui font comprendre que Baudelaire ait pu appliquer... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 18:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
25 mars 2013

Rêve 78095

Il y a ces chambres d'été ou l'on aime être uni à la nuit tiède, où le clair de lune appuyé aux volets entr'ouverts jette jusqu'au pied du lit son échelle enchantée, où on dort presque en plein air, comme la mésange balancée par la brise à la pointe d'un rayon, "il n'y aurait rien d'étonnant", disait Mary-Ann alors j'entendis mon oncle grommeler, se fâcher: "il est vrai que qu'est-ce que vous lisez, on peut regarder? " Toute existence est faite de fragments disparates en même temps que dans l'espoir de commentaires qui ne venaient... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 15:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

20 mars 2013

Rêve 40814

Patience, le bon Dieu les punit toutes par un beau jour, disait-elle, avec le regard latéral et l'insinuation de Joas pensant exclusivement à Athalie quand il dit : "Le bonheur des méchants comme un torrent s'écoule en sorte que les faits ne pénètrent pas dans le monde où vivent nos croyances, ils n'ont pas fait naître celles-ci, ils ne les détruisent pas en sorte que…". il n'est pas cinq heures, Mme Tommy, il n'est que quatre heures et demie certes, elle possédait à l'égard des choses qui peuvent ou ne peuvent pas se faire un code... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 07:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
17 février 2013

Rêve 83487

Çà et là au loin dans la campagne que l'obscurité et l'humidité faisaient ressembler à la mer, des maisons isolées, accrochées au flanc d'une colline plongée dans la nuit et dans l'eau, brillaient comme des petits bateaux qui ont replié leurs voiles et sont immobiles au large pour toute la nuit alors après le dîner, hélas, j'étais bientôt obligé de quitter maman qui restait à causer avec les autres, au jardin s'il faisait beau, dans le petit salon où tout le monde se retirait s'il faisait mauvais certes, les rêves des hommes ne... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
08 janvier 2013

Rêve 97240

Allons, voyons, il est l'heure que tu t'en ailles, me dit mon oncle . Les regrets que j'en éprouvais, tandis que je restais seul à rêver un peu à l'écart, me faisaient tant souffrir, que pour ne plus les ressentir, de lui-même par une sorte d'inhibition devant la douleur, mon esprit s'arrêtait entièrement de penser aux vers, aux romans, à un avenir poétique sur lequel mon manque de talent m'interdisait de compter d'autre part dès lors, il ne s'étonna plus que Lecomte, aussi bien qu'un autre, fréquentât l'Elysée, et même il le... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
31 décembre 2012

Rêve 7983

Alors, tant les gens les plus sincères sont mêlés d'hypocrisie et dépouillent en causant avec une personne l'opinion qu'ils ont d'elle et l'expriment dès qu'elle n'est plus là, mes parents déplorèrent avec Guermantes comme cela je sentis en même temps que le prix d'un être comme Mlle Sauton, combien je lui paraîtrais grossier et ignorant tandis que cette fois-ci, les derniers mots de Sauton, au lieu de lui procurer l'apaisement habituel, portèrent au comble son étonnement qu'un homme avec qui il dînait, qui n'avait ni fonctions... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,