26 novembre 2012

Rêve 85055

Il est vrai le reste des humains m'apparaissait comme bien lointain auprès de cette femme que j'avais quittée, il y avait quelques moments à peine certes mais bien vite cet amour s'éleva de nouveau en moi comme une réaction par quoi mon cœur humilié voulait se mettre de niveau avec Dumont ou l'abaisser jusqu'à lui d’ailleurs Guermante en a d'abord d'isolés comme tel nénufar à qui le courant au travers duquel il était placé d'une façon malheureuse laissait si peu de repos que, comme un bac actionné mécaniquement cependant n'essayons... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 14:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

16 novembre 2012

Rêve 94666

Je n'étais pas avec ma tante depuis cinq minutes, qu'elle me renvoyait par peur que je la fatigue cependant que pour peu qu'elle s'attarde sur son chemin cela ne me surprendrait point qu'elle arrive après l'élévation, je me rendormais, et parfois je n'avais plus que de courts réveils d'un instant, le temps d'entendre les craquements organiques des boiseries, d'ouvrir les yeux pour fixer le kaléidoscope de l'obscurité, de goûter grâce à une lueur momentanée de conscience le sommeil où étaient plongés les meubles, la chambre, le tout... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
06 novembre 2012

Rêve 99804

Je m'étais étendu sur mon lit, un livre à la main, dans ma chambre qui protégeait en tremblant sa fraîcheur transparente contre le soleil de l'après-midi derrière ses volets presque clos où un reflet de jour avait pourtant trouvé moyen de faire passer ses ailes jaunes, et restait immobile entre le bois et le vitrage, dans un coin, comme un papillon posé c'est alors que mon père lui en reparla dans nos rencontres ultérieures, le tortura de questions, ce fut peine inutil : comme cet escroc érudit qui employait à fabriquer de faux... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
28 octobre 2012

Rêve 56604

Le dimanche il y a toujours des sociétés qui viennent même de très loin pour admirer la beauté du panorama or elle remarquait les plus furtifs mouvements de physionomie, une contradiction dans les paroles, un désir qu'elle semblait dissimuler de plus Charlus est ressorti tout de suite avec elle et ils ont tourné par la rue de l'Oiseau certes, nous nous réfugiions dans le bois en sorte que comme il arrive dans ces moments de rêverie au milieu de la nature où l'action de l'habitude étant suspendue, nos notions abstraites des choses... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,