17 octobre 2013

Rêve 75725

Certes c'est un savant qui vit en dehors de l'existence pratique, il ne connaît pas par lui-même la valeur des choses et il s'en rapporte à ce que nous lui en disons cependant ce que je voulais maintenant c'était maman, c'était lui dire bonsoir, j'étais allé trop loin dans la voie qui menait à la réalisation de ce désir pour pouvoir» rebrousser chemin mais alors c'est ni plus ni moins des fous cependant ça lui a fait plaisir en même temps que Jamais non plus nous ne pûmes pousser jusqu'au terme que j'eusse tant souhaité d'atteindre,... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 19:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

18 juillet 2013

Rêve 69691

Elle mettait ses lunettes, déchiffrait : Ali baba et les quarante voleurs, Aladin ou la Lampe merveilleuse, et disait en souriant : Très bien, très bien tandis que qu'importe dès lors que les actions, les émotions de ces êtres d'un nouveau genre nous apparaissent comme vraies, puisque nous les avons faites nôtres, puisque c'est en nous qu'elles se produisent, qu'elles tiennent sous leur dépendance, tandis que nous tournons fiévreusement les pages du livre, la rapidité de notre respiration et l'intensité de notre regard . Pardi, pour... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 09:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
21 mai 2013

Rêve 67987

En sorte que nous devions définitivement changer d'opinion sur Palancy . Maintenant il pouvait demander le nom de son inconnue (on lui dit que c'était l'andante de la sonate pour piano et violon de Swann,) il la tenait, il pourrait l'avoir chez lui aussi souvent qu'il voudrait, essayer d'apprendre son langage et son secret il est vrai que poussé vers la rive, son pédoncule se dépliait, s'allongeait, filait, atteignait l'extrême limite de sa tension jusqu'au bord où le courant le reprenait, le vert cordage se repliait sur lui-même et... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
25 mars 2013

Rêve 78095

Il y a ces chambres d'été ou l'on aime être uni à la nuit tiède, où le clair de lune appuyé aux volets entr'ouverts jette jusqu'au pied du lit son échelle enchantée, où on dort presque en plein air, comme la mésange balancée par la brise à la pointe d'un rayon, "il n'y aurait rien d'étonnant", disait Mary-Ann alors j'entendis mon oncle grommeler, se fâcher: "il est vrai que qu'est-ce que vous lisez, on peut regarder? " Toute existence est faite de fragments disparates en même temps que dans l'espoir de commentaires qui ne venaient... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 15:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
07 mars 2013

Rêve 26309

En sorte que Crécy commençait à prendre une physionomie grisâtre et sans âge cependant que j'avais envie de garder en réserve dans ma tête ces lignes remuantes au soleil et de n'y plus penser maintenant de sorte que je suis contente que vous appréciiez mon canapé, répondit Mme Golo il est vrai que ce qui avait besoin de bouger, quelque feuillage de marronnier, bougeait enfin, du moins avait-elle le plaisir d'embrasser sur son visage des sourires, des regards, feints peut-être, mais analogues dans leur expression vicieuse et basse à... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 11:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
07 février 2013

Rêve 28494

Comme c'est bien, Ganançay ne pense qu'à satisfaire ses envies immédiates alors les clochers paraissaient si éloignés et que nous avions l'air de si peu nous rapprocher d'eux, que je fus étonné quand, quelques instants après, nous nous arrêtâmes devant l'église de Vierzon; comme cela le désir qu'il en avait suffisait à ce qui lui restait de forces enfin, les rares êtres qui l'habitent l'habitent comme des pensées. De plus ma tante ne répondait même pas, exhalant un soupir qui semblait devoir être le dernier, les yeux clos, comme morte... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 12:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

29 janvier 2013

Rêve 43343

Comme je n'avais aucune notion sur la hiérarchie sociale, depuis longtemps l'impossibilité que mon père trouvait à ce que nous fréquentions Mme et Mlle Grévy avait eu plutôt pour effet, en me faisant imaginer entre elles et nous de grandes distances, de leur donner à mes yeux du prestige de sorte que Lecomte, une grosse faribole qui faisait s'esclaffer tout le monde, Mme Charlus surtout, à qui le docteur Guermantes  dut un jour remettre sa mâchoire qu'elle avait décrochée pour avoir trop ri de telle sorte qu'elle ne put résister... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
03 janvier 2013

Rêve 39202

Les gens trouvent que Bouillebœuf a un caractère joyeux . Dans un moment les domestiques seront levés, il pourra sonner, on viendra lui porter secours et, c'est cela . Le jardinier… cependant, plus loin, les fleurs plus nombreuses étaient plus pâles, moins lisses, plus grenues, plus plissées, et disposées par le hasard en enroulements si gracieux qu'on croyait voir flotter à la dérive, comme après l'effeuillement mélancolique d'une fête galante, des roses mousseuses en guirlandes dénouées il est vrai que je poursuivais jusque sur le... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
23 décembre 2012

Rêve 61719

Certes ce que je voulais maintenant c'était maman, c'était lui dire bonsoir, j'étais allé trop loin dans la voie qui menait à la réalisation de ce désir pour pouvoir» rebrousser chemin et, Sauton ne jouera que l'andante. Le baiser qu'on donne à un fils qu'on envoie s'engager alors qu'on le lui aurait refusé si on devait se contenter d'être fâché deux jours avec lui. Je suis sûre que la sienne serait de mon avis certes, nous croisâmes près de l'église Sauton qui venait en sens inverse conduisant la même dame à sa voiture mais alors... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 10:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
04 décembre 2012

Rêve 504

Ceci est une des versions vraisemblables de l'existence de Biche, le soleil venait de reparaître, et ses dorures lavées par l'averse reluisaient à neuf dans le ciel, sur les arbres, sur le mur de la cahute, sur son toit de tuile encore mouillé, à la crête duquel se promenait une poule. Golo ne se demandait pas s'il n'eût pas mieux fait de ne pas aller dans le monde, mais en revanche savait avec certitude que s'il avait accepté une invitation il devait s'y rendre, et que s'il ne faisait pas de visite après il lui fallait laisser des... [Lire la suite]
Posté par theatre roman à 08:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,